jeudi 27 mai 2010

Je suis déjà nostalgique






C'est curieux, j'ai moi-même fourni le concept de proto-grunge dans mon journal intime en espagnol; la période fantomettes de la mode chez Marilou est peut-être à revisiter.
C'est à dire, chez elle ça part dans la grande envolée, le look, pour monter au ciel du philosophe. Système de la Mode, de Barthes, est aussi à relire, malgré les pliures qu'il faudra repasser.
Ce n'est pas internet, ni la télé, ni le cinéma, qui ont tué le Livre, c'est le post-it. La technique nous épargne juste l'image d'une grotte couverte d'un lierre jaune fluo et d'un monde extérieur de troncs d'arbre sous le signe du coeur et d'une date.










Portraits de Patience Tison, qui a le sens du chic. Dans le dernier, elle est accompagnée d'une amie, avec un autre look. Le tableau d'en haut est de 2003 et c'est Lucia.


Voici une grande composition avec une infirmière aux oreilles du roi Midas dans une discothèque, qui a été retravaillée. Elle fait presque trois mètres de base.



Et pour finir, avec un visage de masque blanc de l'Afrique, cette jouissive séance de pose avec Eve Livet, dans une tenue qui m'a de prime abord semblée difficile à peindre, et que j'ai rendu à deux reprises dans de l'huile sur toile.

1 commentaire:

auddie a dit…

intéressante "discothèque". cette porte blanche, toujours important la porte, et le carré bleu, la nuit, le noir, et la fumée suggérée qui épouse les formes masturbatrices; et cette absence, chez les danseurs présents, cette joie sexuelle, cette légèreté