lundi 26 juillet 2010

Faerie Neverfear

F Neverfear

In reciting poems a magician, as Bruno, put distance

between the woman and the man, the author and the speaker

he transmitted intimately to the air, as the ear of Fairie Neverfear

he transmitted as we read an anonymous letter, surprised and sceptical

the open letter and the tie still in his hand, the pigeon

of wisdom alive in daylight of his spell when Bruno practised magic

only deep skinned elephant and merle

had this awakening faculty in the memorie and the whisper

he made metal sound as a messenger cloud

he took from India the river of salvation and showered me

with strange tatoos of truth about my faire

I asked for a copy of this poem knowing not

if it was the music that I made or the thought

if the woman has spoken when I saw her go

if I was writing my own novel and I knew her not

if it was me or not the person there involved

and Bruno was secretly in love with Faire Neverfear

being hers the person of his magic in the reading of poems

and they found both their names in Ancient poems

carried by the mule and the mare as equally proper and reminding

written by copists of things heard in the ballads of study

kiss her now, my man she’s waiting

she thinks you are a fool and she feels secure

this is the moment to finish a poem on Faire Neverfear

to give her a mask of bat or of an eagle in a white brushed high

to discuss of vinegar forgetting not China rice

and ignoring vertues of new balsams

prefering the christly turned wine by cold supper

of friday and alldays are friday

insane dried romarin burnt to purify said the speaker

and the strange story was nonsense and truth

of a garden of tears and of silence Faire Neverfear

Green Maria and Daphne had not tought

to bees but to sugar coffee and to make tea for her

and the dinner was far in the dark of Homer’s dream

because Bruno discovered the island of pleasure

in taking the messure of feet on the wet sand

of this lines similar to girls in the island line

and he was convinced of the wrongness of fugitive thoughts

and the moment came to kiss this sandal feet of you

Faire Neverfear I’m alone do you hear

I’m not Bruno Bruno recited

magician of this tired spell exposed to sun rays and day shadows

keep inside me

now you are gone to sleep and now you are close to my skin

speak the garden to the cloud in the month of glass warming

for innocent thoughts are like an intoxicated game

when useless art send them to sleep as talismanic jewels

send attention to paths of the very various and the past

keep inside me

now you are an image of time and you are tired and pretty

now we are gone too far in the production of gold

silk dragons wait for us on a flower’s aftermath

Faire Neverfear, Faire Neverfear

vendredi 23 juillet 2010

Jane Faire

Jane Faire

To know the different whispers of poison

the suck of deep making night a death of day

combined with day and the sixth hour

forgotten key of nothing we know

speaking poison of each symbol

speaking symbol of each poison

existence in its pure mixture

the very art is division and union of matters

this won’t be

this won’t be neither

so this is existing instant poison

*

Faire Jane was copulating word

of secret and of bloody sacred

the rage was part of us as we spoke

but she learnt me the whisper of health

bringing out and back to birds

she learnt to me not and yes she did teach

reading on the past of a body and of used hope

the best of used hope

as melt with despair in me

as I choose the colours of colliers

staring at Virgin Queene crowne

and I have smiled not and I have smiled

but I did not stare at any other thing but the changing

and both colliers and crowne

I found my queene

two heads where sufficient to me on a girl

to love her as a poem or a troubled tear

where cinder can not see

and the poem is done

*

if you think so much on me

if you have things to do

if you’re not the person of pleasure

if I put the knife of decaying souls

if I have crossed the silver green of cunts

if this is some meaning in meaning

and you spend my dear Jane Faire love on dreams

breathing deeply as empoisoned mean cat

to take dead and books to the world

giving to cruelty of flies

this letters you mistake and abandon on the peack

of a wandering fortune freedom

as I kiss the goat’s hair and silk of my lady

as I kiss and salivate a prayer

Faire Jane teachings always spring fresh and warm

always two red and blue heads of female

to take a shower of brutal nostalgye

her teachings were useless and more useful

than hope or despair, she had an air of me

and so she was my teacher those days

but today I stare at through earth of tissues

capricorn wool and butterflie childhood foams

stories of the stair of my head cream

the crying and singing bible of neighbours

the fixing of spiders on a screen

and noise is my voice and my belief, finally

to make impossible vows

and to help this sad monk

even given thaate he is dead

mardi 20 juillet 2010

Libérez la bête


Pour la musique de Casey j'ai trouvé ce lien.
Libérez la bête.

samedi 17 juillet 2010

bouquiniste


Je peux parler de ce que je fais à présent, comme oeuvre, c'est à dire le dessin. Je dessine comme j'ai dessiné aussi quotidiennement à Grenade. Mon arrivée à Paris, avec des intermittences en Espagne où j'exerçais de préférence le grand tableau à l'huile, avait depuis 2004 été marquée d'abord par le moyen format à l'encre de Chine. Et ce n'était plus pour moi du même ressort que le dessin, c'était quand même au pinceau, je pouvais couvrir, voire diluer, comme parfois, dans de l'eau, dans du lait, dans du thé ou jus de fruits, l'encre.

C'est après la Semana Santa à Grenade, que, cette année, de retour à Paris, j'ai commencé à balancer des quantités de dessins nocturnes sur ce blog. Dans un passage du côté de Saint Germain des Près, en discutant avec une amie de passage à Paris et en prenant un coca-cola au citron (j'ai découvert grâce à elle que la longue cuillère était pour étriper un peu la tranche de citron), donc, amie écrivaine et peintre (tout comme moi), qui était spécialiste en Qi Gong et médecine traditionnelle chinoise, la question d'une séance s'était posée. Elle m'a avertit qu'elle travaillait des cures au feu, une branche des soins en Chine qui demande beaucoup d'adresse et surtout qui laisse des traces dans le corps et qui est très douloureuse. Nous avons échangé des cadeaux pris au chemin, elle m'a offert un tout petit bibelot chinois qui me regarde à présent attentif pendant que j'écris et de l'engrais pour les rosiers, je lui ai offert un livre vendu à même le sol par un maghrébin (un volume de peinture érotique chinoise en fait) lequel j'avais aperçu à Saint Michel dans une confusion pilonable déposée par terre, depuis le bus, à l'allée, me disant que c'était pour elle. La cure au feu. J'ai pensé à cette fureur du dessin dans laquelle je me trouvais et je lui ai dit que puisque le feu éveillait, j'avais besoin à présent de m'endormir, de m'engourdir, de ralentir. Pour l'été, du moins. Peut-être une condition pour retourner à la couleur, je sais pas. Mais j'ai vérifié que ça se passe déjà au cours de la nuit, quand l'aube approche. L'aspect foncièrement intellectuel des dessins de minuit jusqu'à trois heures commence par la suite à devenir plus physique à cause de la tendance à s'endormir.

J'ai dessiné cette autre femme (sujet peut-être de récit, mais pas ici) que vous voyez sur l'image, autour des cinq heures du matin, et elle anticipe la stylisation propre à la fatigue, tout en gardant l'acuité requise pour la transposition du souvenir. Je sens revivre la vision, encore.

soulé

(je retransmets juste mes parties)


soulé

MUERTE O GLORIA come on... à ta santé !

À l’hypertexte, soulé, oui ? Ce Léotod est salace ? J’avais pas le souvenir que mon tableau était aussi salace, c’était plutôt sublime... Tu n’auras vu des femmes peintes comme ça depuis... come on... à la mienne !

Merci pour le tuyau. Lé au taud, je pense que je retiendrai.

Ah, nom de dieu, merci pour le tuyau, et surtout repose en paix deux fois, n’oublie pas comme moi.

383. Manuel Montero (A.R.C.), le vendredi 16 juillet 2010

C’était un poème on line. Que s’était il passé de mes trois Dulcinée ?

385. Manuel Montero (A.R.C.), le vendredi 16 juillet 2010

Vous avais je dit que j’aimais fantasmer que Diogène était Marilou ?

mercredi 14 juillet 2010

El descaro (bilingue ?)

Sur le marché français la cote américaine du volume I de Manuel Montero monte diablement. Je ne pense pas que le passage du dollar à l’euro explique cela.

En el mercado francés la cota americana del volumen I de Manuel Montero sube. No creo que el paso del dólar al euro explique esto.

Je pense que ce sont les dédicaces faites pour des célébrités (en manque d'argent visiblement) qui ajoutent de la valeur. Il y a de quoi se marrer pour ce qui est du monde littéraire, quant à l'intérêt de l'affaire je peux le comprendre, et la course continue. Donc, si vous demandez des livres à moi à mon éditeur Meligrana, faites une lettre de motivation pour que je sois averti de votre commande et puisse vous inscrire une belle dédicace pour le prix de départ légal et non pour celui de revente. Je suis flatté si vous payez une fortune pour l'un de mes livres, mais je n'en demande pas tant, pour l'instant.

Pienso que son las dedicatorias hechas para celebridades (en apuros económicos visiblemente) las que añaden valor. Hay materia para cachondeo literario. Así pues, si ustedes piden libros míos a mi editor Meligrana, hagan una nota de motivación para que yo sea advertido de su encargo y pueda escribirles una bonita dedicatoria por el precio de salida legal y no por el de reventa. Me siento halagado si ustedes pagan una fortuna por un libro mío, pero no pido tanto de momento.

lundi 12 juillet 2010

dimanche 11 juillet 2010

Sur les représentations plastiques et photographiques de Fela Kuti

*

Sur les représentations plastiques et photographiques de Fela Kuti

(vu sur un youtube)

Non, mieux, je veux me centrer sur la seule peinture un peu flou qui passe avec la chanson. Elle comporte deux thèmes stylistiques qui m'intéressent :

1) La représentation en tableau du maquillage :

Dans ce cas il s'agit non du pur maquillage cosmétique, codé par les producteurs pour la séduction et pour un public féminin ou efféminé, mais aussi du maquillage masculin, codé selon des traditions africaines guerrières ou en tout cas animistes.

2) La représentation en tableau des bijoux :

Le bijou qui décore le corps habillé de la femme ayant été depuis toujours une porte ou une fenêtre ouverte à la magie (talismanique, bien-sûr), cela ne peut que se prononcer chez le chanteur torse nu et les poings levés. Mais en même temps cela s'adoucit, s'allège, par rapport au mystère du bijou féminin. Un mâle ne peut porter que des talismans protecteurs et de guerre. C'est une première lecture en surface. L'on décompte pour le regard tous ces symboles que l'homme peut porter sur soi allusifs à une initiation autre que guerrière, celle des sociétés spirituelles.

Deux remarques pour le peintre :

1) Quant au maquillage, je trouve correctes les deux mises en place des personnages sécondaires. Sont elles des divinités ? Aux connaisseurs de l'univers de Fela Kuti et au peintre même s'il lit ces lignes, je leur adresse ma question pour mieux me conduire devant ces deux couleurs choisis pour le fond, rouge et vert. Les gestes de ces deux personnages semblent transmettre un surplus de secrets grâce au jeu du geste avec le maquillage. Mais le portrait du chanteur, dont je ne mets en doute la légitimité du geste des poings, qui permets une solution politique à la lecture de l'image, me semble justement à cause de cela un portrait qui va trop vers l'affiche. C'est une affiche, d'accord, mais c'est aussi un tableau, je sais que vous connaissez ça. Vous avez manqué de malice, vous avez juste transposé le modèle photographique. Les traits en blanc tracés sur le visage de Fela Kuti ne semblent correspondre à rien, ne vont pas apparemment se mouler à l'expression facial ni au regard du musicien, qui semble d'ailleurs constipé. C'est le grand problème des peintres d'après photo. Il faut interloquer, non seulement le public, mais notre sujet. S'il pose vraiment face à nous, c'est l'idéale, il réagit à notre présence et nous restons auteurs de ce qu'on peint. Si c'est d'après photo il faut un peu plus de souplesse de geste, un stylème qui prévaut sur la simple transposition, il faut la chair de la propre opacité plastique. Mais si c'est du pastel, et non de l'huile, alors tout change. Dans ce cas c'est un tableau de collection, toutes mes histoires venaient gêner la subtilité du pastel, de l'oeuvre sur papier. De ma part, direct au musée, sans blagues.

2) Quant aux bijoux, ma remarque est positive, c'est parlant, on comprend, même chez les personnages secondaires qu'ils symbolisent le rapport artiste-publique chez Fela Kuti. Elle est positive parce qu'elle me conduit vers le pastel, et vers le cabinet d'amateur. Dans un huile je vous aurais demandé de voiler d'un pointillé les bijoux du personnage secondaire féminin, celui qui est sur la partie de fond vert. Il faut une dévotion maniaque pour les secrets de la femme, dans la peinture à l'huile. En revanche, les colliers de Fela Kuti marchent parfaitement comme des talismans masculins aussi bien si votre tableau est à l'huile qu'au pastel. Seulement je regrette le flou du youtube dans lequel je regarde en pause votre oeuvre. Je suis curieux de vous connaître, depuis que, la chanson arrêtée, j'ai balancé grâce à vous dans ce qui constitue mon métier, la peinture.

J'améliore mon accent espagnol.

Lola's love letter (Abelardo Munoz's trans-blog)

Lola´s love letter

Amor mío,

LA CASA DE LOS MEGATRONCOS

Dice el escritor: “Lo ingrávido se enlaza con la sustancia grávida en una divina armonía de contrarios”, (*) y si lo primero, lo ingrávido, es ese sol suave que colorea las tejas de mi casa, tú, mi amor, eres lo segundo, esa materia cimbreante, grávida pero etérea en su insondable belleza, que llegará como agua de marzo a enjuagar mis melancolías.

El yermo lleva a la muerte; el río es la vida. Esta aldea vive en la contradicción de esos dos ecosistemas tan opuestos y complementarios.

¡Que bello es este lugar en la noche, las vigas marrón oscuro, como la tierra, sosteniendo la casa; eternas, como brazos ciclópeos de semidioses; sin tiempo, perpetuas en su contemplación del mundo; de objetos inanimados que se entrecruzan como pensamientos inmutables en el silencio sepulcral de esta casa remota y en ocasiones siniestra; esta bella casa

Madera sagrada, dispuesta con una técnica milenaria, morisca; realizada por un equipo de desconocidos y remotos aldeanos. Dicen los que ya no existen aquí, que mi abuelo Julián Blasco la construyó con sus propias manos y las de sus amigos, antes de casarse, como en un relato siciliano de Alberto Moravia, acarreando desde el monte cada viga de orondo pino; sin motores; con los machos arrastrando los troncos encadenados, por el suelo del desmonte, los grandes troncos. La estructura esencial de este edificio costanero, que trama el barro rojo, la arena y la paja de las paredes. Por eso amo esta casa, por su estructura devinciniana de megatroncos.

“La expresión estética llena de luz como una estrella, centro de amor y conocimiento, sólo puede nacer de la visión cíclica” (*)

Es ese ciclo mío en las montañas; esa repetición de sumergirse en una atmósfera atávica; siempre las mimas cumbres del rodeno cuajado de pinos, siempre las mismas caras que se cuartean con una dignidad que desafía el tiempo; siempre esos ventanos oscuros de donde jamás sale nadie. Siempre esos holas secos y hostiles. Esos manzanos desparecidos, esos aromas que jamás volverán. Pero, con todo, siempre las arañitas. Mis hermosos insectos aliados de la vega.

Las arañitas cazadoras

Ayer tarde, decenas de ellas tendían sus telas sobre el cauce de la acequía al atardecer. Todas quietas esperando a los incautos voladores sobre el agua semoviente. La visión al contraluz del sol de la atardecida de ese ejército de arañitas que, en perfecto orden de combate y sin molestarse unas otras, esperaban en orden la caza; como marines que han tendido sobre el cauce sus redes camuflaje; eso era la visión de Dios. O sea, la Naturaleza con mayúsculas. Porque no importa que las acequias sean ya de cemento y los ribazos de floresta hayan desaparecido; ellas, mis arañas geanas, siguen tendiendo sus hilos maravillosos, sobre las veredas.

Me dejé entonces llevar por la fascinación del asunto y tendme sobre el camino para observarlas mejor. Cuando un insecto caía en la trampa, la arañita se dirigía rauda a esa zona y se zampaba in situ a la victima; luego, y eso es la esencial, regresaba al vértice exacto del circulo de su trampa, allí donde está el punto central de la estructura; el ojo pineal, para, inmóvil como una piedra, esperar al próximo incauto.

Tu, delicia mía, deseo perenne, eras la ingravidez del amor que se disfruta tanto de cerca como de lejos. Quintaesencia de mi erotismo tortuoso (esos muslos, ese vello, esos ojos, esos labios, ese pelo, ese ombligo, ese cuello…).

Y no digo que no podría aguantar la soledad. Aquí, con los libros manoseados por tres generaciones, ediciones inauditas que se remontan a los años 20, las músicas de Beethoven y Bach; el olor de la leña, la divina sequedad del aire fresquito de la noche; la calidez de las mantas en el silencio sepulcral de la España feudal, odiada y querida a un tiempo; nada de todo esto tendría sentido para mi si no te amara, odalisca mía, carnosa y más cercana que las del divino Ingres.

El bueno de Valle era como nosotros. Fumaba como un cosaco, si no, lee con el mismo regocijo que yo tuve, esta cita del mismo delicioso breviario, en una visita a la ciudad de Toledo:

“Toledo es alucinante, con su poder de evocación(…)Esas piedras viejas tienen para mi el poder maravilloso del cáñamo índico, cuando dándome la ilusión de que la vida es un espejo que pasamos a lo largo del camino, me muestra en un instante los rostros entrevistos de muchos años”.

El señor Inclán, escritor excelso, fue el primer hippie.

Te quiere, tu novio valenciano
Abelard

(*) La lámpara maravillosa. Ejercicios espirituales de Don Ramón del Valle- Inclan. Ed.Rua Nova. Madrid 1942

Diseño de taza de café

jeudi 8 juillet 2010

La pisseuse I (2002)




la pisseuse scrupuleuse
se met sur moi, prenant appui
inutile déchet pour ma bouche
l’or de la Lune
tiède comme une douche
habillée de bas noirs et de petites pièces
de lingerie que tu croyais inutile
enfin tu vas subir ta séance photo
enfin tu diras rien d’intelligent
c’est le moment où j’ai perdu mon sperme
dans la succion de ton anus, disons, musqué
ma chère
*
vraiement tu veux qu'on parle politique ?
tu veux me signaler que toi et tes copains
ménez une lutte et qu'il faut pas
hurler ni casser ni faire le gorille
que vous avez la bombe discrète
de l'intelligence ?
Que vos jeux d'esprit sont la dentelle
des culottes révolutionnaires ?
des inscriptions lapidaires
sur le sable et sur la neige
mon lait dans le luxe des belles
seul le mince latex le retient
et parfois je crache dans ma main
dans cette écriture de mort
qu'a fait le temps et la gauche mystérieuse
sur ma droite mouillée j'oublie
de quoi on parlait ce musicien et moi
je suis seul, je me masturbe
j'admire les photos, tout simplement
rappelez moi cette histoire politique
je pense que j'ai raté mon speech
*
je n'ai plus de sperme dans mes testicules
pour toi, ma fille
ma tête en est pleine
d'inoubliables scènes
et des pensées pour toi
profite-s-en et ne crie pas
n'écrit pas plus d'une feuille de tilleul
dans ton regard dans mes yeux cernés
dans le fou qui crie sur toi
il y a
beaucoup de mal, beaucoup de semence
froide et glauque comme le contenu
d'un abdomen d'insecte d'un casque d'hoplite
dis-le moi à voix basse
si ça t'irrite
*

*
Si j’avais des caméras dans mes lunettes
quand dès la fenêtre je l’ai vue velue
sortir de sa douche
un diffus symbole obscur au centre du corps
enfilant son top orange et se rendant compte
pendant que je fume
si j’avais le don du télégramme
pour écrire à cette autre dame
dont la lumière s’éteint
pour voir ma came
à trois heures du matin
*

le système sans système

l’on se récupère soi même

nidifications qui prennent

nos anciens bouts de poème

en sous couche

quand ça m’arrive

elle urine sous la douche

et je la touche

là, faute d’extase, si tu veux

l’on détourne le rien pour nous mêmes

la ruine est le rêve

et l’origine du poème

miette de pain de riz

Quand on est heureux, on est méchant.

Becas Orgasmus

Los profesores de la universidad de un lugar de España

se decían : ¿Las becas Erasmus?

Ésas nos van a traer a los judíos...

... y se acabó el nepotismo universitario.

Pero después supieron que podían seguir

como si nada, incluso ligar con las alumnas.

quelque part au corps

(*)

Une pierre

que faire d'une pierre ?

elle est à toi ? elle est à moi ?

Des images de cette contrée de la Grèce par une historienne de l'art que j'apprécie, une vision sans le bluff qui semble aujourd'hui de rigueur, totalement universelle et intemporelle, cosmopolite comme le plus attachant des chiens qui nous sauvent au milieu d'une ivresse

Une pierre ?

non, elle est un coeur

couvert des plumons et la poussière

d'autant de fatigue

comme une pierre

Venez me voir

ne manquez pas

je n'ai pas de vie

pas de vie si je ne suis entre vos mains

Où ai-je déposée cette pierre

qui me manque tellement ?

Dans l'autre maison ?

L'araignée se rendra compte

elle comprendra l'amour

elle me fera pleurer

c'est plus fort que la fumée d'Hiroshima

plus fort qu'une fellation surprise le matin

pourquoi la pierre

et rien d'autre ?

(* au moment de regarder sur l'écran Salonika on my mind, 43 photos par Vasiliki Kanelliadu)

mardi 6 juillet 2010

lettre ouverte de Nabyl Lahlou sur les bureaucrates

Cher Nabyl, tu es sûr que tu veux que je publie ta lettre ouverte sur mon blog ? Je peux le faire, à continuation de mon article, par exemple, mais elle me semble un peu longue pour le genre de textes que je mets en ligne et je pense que ce serait, bien-sûr, intéressant de parler de ce rapport continu du cinéaste aux bureaucrates, mais sous une forme qui rende compte d'autres aspects de la création, tel le risque de censure qui vient avec, tel la notion d'image, et autres choses que j'aimerais vous voir développer. C'est universel tout ça, partout il y a de la censure, plus ou moins déguisée. En tout cas, si tu penses qu'il faut le faire comme-ça, je mets la lettre tout de suite. Mes salutations les plus distinguées pour toi et Sophia,

Manuel Montero

Merci cher Manuel pour ton soutien effectivement en publiant ma lettre dans sa totalité on montrera aux responsables marocains si jamais ils tombent sur cette lettre et la lisent que le royaume du Maroc qu'ils sont censés servir, n'est pas loin de ce que furent les pays de l'est en matière de bureaucratisation de la vie de leurs citoyens. Merci de la publier Vous avez les amitiés de Sophia et les miennes

Nabyl L


Lettre ouverte à Monsieur le directeur général du Centre Cinématographique Marocain

LES CONSEQUENCES DU SYNDROME DE LA COUR DES COMPTES

Monsieur le directeur général,

Par devoir et par respect à ma profession de cinéaste, ,je vous ai adressé une lettre, le 27 avril 2010, pour porter à votre connaissance l’arrêt du tournage de mon film nouveau L’année des mille et une lunes, pour des raisons techniques, climatologiques et financières. En effet, les 750 000,00 dirhams (sept cent cinquante mille dirhams), représentant le montant de première tranche de l’aide, accordée à la production de mon nouveau film, ont été totalement dépensées dans la première phase de production du film L’année des mille et une lunes, dont le tournage a eu lieu du 30 au 2 avril, 2010, au nord du Maroc ( Aknoul, Cassetta et Hoceima), et du 8 avril au 25 avril 2010, dans la vielle médina de Fès.
Tout en souhaitant pouvoir reprendre le tournage de mon nouveau film, le15 mai 2010, comme je vous l’ai écris dans ma lettre du 27 avril 2010, j’ignorais que la machine bureaucratique qui se cache au fonds du fonds d’aide du CCM, m’attendait au tournant pour me punir , voire m’humilier.
Comme vous le savez mieux que quiconque, le versement de la deuxième tranche de l’aide, n’est accordé qu’une fois que toutes les pièces relatives aux justifications des dépenses de la première tranche, sont étudiées et passées au peigne fin, par le secrétariat du fonds d’aide que dirige madame Saloua Zouiten, assistée de monsieur Ahmed Bourass, lui-même assisté de messieurs Aziz et Brahim.
Par ma lettre, datée du 15 juin 2010, j’ai porté à votre connaissance que j’allais, le lendemain 16 avril, déposer mon dossier contenant toute la comptabilité ainsi que toutes les pièces justificatives, relatives à l’utilisation des dépenses de la somme sept cent cinquante mille dirhams, représentant la première tranche de l’aide, accordée à la production de mon nouveau film L’ANNEE DES MILLE ET UNE LUNES.
Effectivement, le 16 avril, j’ai remis à monsieur Ahmed Bourass, en main propre, le dossier que m’a remis, la veille, l’expert comptable, monsieur Mohammed Saïd Talbi. Ce dossier que monsieur Mohammed Saïd Talbi a constitué, suite à l’étude de toutes les pièces et de tous les documents relatifs aux dépenses des 750 000,00 dirhams, que je lui ai données, le 2 mai 2010, et qu’il a établi et présenté, selon les critères que le secrétariat du fonds d’aide lui avait fournis, allait lui aussi subir la machine bureaucratique du secrétariat du fonds d’aide et consors.
Cela a commencé dès le premier jours où j’ai remis mon dossier à monsieur Bourass qui le passe à monsieur Aziz. Monsieur Aziz m’annonce, d’entrée : “Afin que la deuxième tranche soit débloquée le plus vite possible, envoies-moi par courriel le tableau des dépenses CAISSE et BANQUE.
Surpris, je demande à ce fonctionnaire du CCM si c’est le règlement du fonds d’aide qui le stipule, ou c’est une idée à lui. « Oui, c’est le règlement qui le demande», Et devant mon regard interrogatif, il ajoute : « Tout le monde nous envoie les comptes par courriel ».
Après avoir consulté monsieur Bourass, monsieur Aziz rend mon dossier et me dit de retourner chez moi pour inscrire la lettre B (Banque), ainsi que le numéro de chaque document, sur la page du relevé bancaire. Me voilà apprenti coursier. Quelle joie !
Le lendemain, 17 juin 2010, je me présente à nouveau, au secrétariat du fonds d’aide pour remettre le dossier à monsieur Bourass. C’est monsieur Aziz qui me reçoit dans son semblant de bureau. Et au lieu de prendre le dossier, de l’ouvrir, de le parcourir, de faire semblant de l’étudier, pendant que j’étais encore devant lui, afin de voir s’il ne manque aucun document, monsieur Aziz, en bon « bergag », se met à me tenir un langage que je ne peux tolérer ni accepter : « Beaucoup de cinéastes réalisent leurs films en utilisant seulement la première tranche », me dit-il. Continuant dans sa lancée, il martèle que s’il venait à manquer un seul petit document à mon dossier, la deuxième tranche de l’aide ne pourra être versée. Totalement choqué par un tel langage à la limite de l’accusation, je pique une colère noire pour apaiser ma révolte intérieure. Je dis à monsieur Bourass qu’ils sont là pour nous aider à faire nos films ety non pour nous compliquer la vie. Sur ce, monsieur Bourass me dit de rentrer chez moi et de revenir avec un dossier complet, c’est-à-dire un dossier contenant les contrats des acteurs et des techniciens, avec les photocopies de leurs cartes nationales, les photocopies des chèques qu’ils ont reçus et des attestations de reçu qu’ils ont signés. Je dis à ce gentil et inoffensif assistant que toutes ces pièces demandées, à savoir les contrats des acteurs et des techniciens, avec leurs cartes nationales, les photocopies des chèques donnés et des attestations des reçus, se trouvent à l’intérieur du dossier et qu’ils n’a qu’à ouvrir le dossier et vérifier.
Le lendemain 18 juin 2010, je confie mon dossier à monsieur Bourass qui le donne à nouveau à monsieur Aziz qui me dit qu’il lui faut les photocopies des cartes nationales des comédiens et comédiennes, les photocopies des cartes nationales de tous ceux et celles qui ont travaillé dans le film, en tant qu’artistes, ainsi que les photocopies de toutes les personnes qui nous ont vendu quelque chose pour les besoins du film.
Encore une fois, je rappelle calmement à cet employé du fonds d’aide que dans le dossier que je viens de lui remettre se trouvent tous les contrats de tous ces comédiens et ces comédiennes, avec leurs adresses, leurs numéros de CIN ainsi que leurs attestations sur l’honneur du montant du cachet qu’ils et qu’elles ont reçu, des attestations sur l’honneur signées et portant leurs numéros de CIN, ainsi que leurs adresses. Rien à faire. Le courant ne passe pas.
Je pars donc à Fès à la recherche des photocopies des cartes nationales de tous ceux et de toutes celles qui ont travaillé dans le film, en tant qu’artistes, et de toutes les personnes qui ont vendu quelque chose pour les besoins du film. La récolte fut bonne. Tout le monde accepta volontiers de me donner la photocopie de sa carte nationale, à l’exception de ceux et celles qui n’en avaient pas ou ne voulaient pas la donner.
Le 20 juin 2010, je me présente à monsieur Bourass, l’assistant de madame Saloua Zouiten, pour lui redonner, pour la troisième fois, le dossier. Monsieur Bourass me dit que je suis en règle en ajoutant : « Je vais préparer la demande pour le déblocage de la deuxième tranche. Revenez me voir dans deux ou trois jours. Ma Ghadi ykoun ghir lekhir ».
Jeudi 22 juin 2010, ne recevant aucun signe de la part des responsables du fonds d’aide, je me présente au bureau de monsieur Bourass qui me fait savoir que le volet BANQUE ne lui a pas été envoyé par courriel. Sur-le-champ, J’appelle monsieur Mohammed Saïd Talbi, l’expert comptable, pour lui demander d’envoyer d’urgence le relevé des dépenses « BANQUE », à l’adresse électronique du fonds d’aide. Il le fait sur les cinq minutes qui suivent mon appel téléphonique.
Voulant m’assurer que mon dossier relatif aux dépenses de la première tranche de l’aide est en règle, une fois pour toute, je demande à mon épouse, Sophia Hadi, qui est aussi ma précieuse et dynamique assistante, d’aller s’enquérir auprès de monsieur Bourass, si nous sommes en règle en ce qui concerne les dépenses de la première tranche. Ce dernier fait remarquer à madame Sophia Sadi qu’il manque les justificatifs des dépenses de la somme dix mille dirhams.
Le secrétariat du fonds d’aide n’acceptant que les attestations de reçus, accompagnées des photocopies des cartes nationales de ceux et celles qui les ont signée sur l’honneur, et les dépenses accompagnées de factures cachetées, plusieurs milliers de dirhams n’ont pas été comptabilisés pour absence de cachets et de factures Comment un boucher qui nous vend pour cinq cents dirhams de kafta, peut-il avoir un cachet, ou accepter de nous donner la photocopie de sa carte nationale. Absurde et aberrant. Comment une vieille femme, marchande de vieilles fripes, enfouie au fond d’une petite échoppe pleine de vieux caftans, peut-elle avoir un cachet.
Je signe donc une attestation sur l’honneur stipulant qu’en ma qualité de metteur en scène du film L’année des mille et une lunes, j’ai reçu de la part de la société Loukkos Film, la somme de dix mille dirhams, représentant les frais pour les préparatifs et les repérages pour les besoins du tournage du film L’année des mille et une lune, Cette fois-ci, monsieur Bourass pense que le dossier relatif aux dépenses de la première tranche de l’aide, est définitivement en règle. Il va, selon ses dires, préparer la demande pour l’octroi de la deuxième tranche. Cela s’est passé le vendredi 23 juin 2010. Mais ni le lundi 27 juin, ni le mardi 28 juin 2010, mon dossier n’a été étudié de A à Z. Il est toujours suspect.
Aujourd’hui, 30 juin 2010, je vais voir monsieur Bourass pour savoir ce qu’il en est du versement de la deuxième tranche. Monsieur Bourass me dit froidement qu’il est en train d’étudier le dossier qui doit être étudié par d’autres personnes, avant d’être présenté au directeur général du CCM pour signature. Monsieur Bourass ne sait pas que depuis plusieurs semaines, les comédiens n’arrêtent pas de m’appeler pour savoir quand ils vont pouvoir tourner. Il en est de même pour les techniciens.
Je demande voir madame Zouiten à qui je dis toute ma tristesse et ma déception. Car comment expliquer que ces employés du fonds d’aide qui ne cessent de me répéter qu’il leur arrive de régler des dossiers, plus compliqués que le mien, en moins de trois heures, n’arrivent pas à faire le tour de mon dossier à moi, qui continue de squatter chez eux, depuis le 16 juin 2010. Même Franz Kafka ne s’y reconnaîtrait pas dans cette machine bureaucratique made in Fonds d’aide and co.
Lorsqu’en ce 16 juin 2010, je demande à Madame Salwa Zouiten qui a bien voulu me recevoir si je peux espérer obtenir la deuxième tranche de l’aide pour pouvoir reprendre le tournage de mon film, le premier juillet 2010, la chef de service de la production au CCM, me dit que cela lui parait très difficile, car, entre le 16 juin et le 30 juin, le délai lui paraît est trop court pour se pencher sur le dossier. « Et puis, le dossier doit contenir toutes les pièces justificatives, prouvant que vous avez, au moins, tourné la moitié du film », me madame Zouiten
Comment un cinéaste peut-il tourner la moitié d’un film, avec seulement le montant de la première tranche de l’aide, surtout quand ce montant de l’aide est de 750 000,00 dirhams, comme c’est le cas pour mon film L’année des mille et une lunes dont la durée est de 2 heures 30, (deux heures trente). 750 000,00 dirhams sur les quels il faut prélever le prix de la pellicule 35 mm à 22 dirhams le mètre, la location du matériel de prise de vue, la location du matériel de prise de son, la location de la machinerie, du matériel d’éclairage, etc…
Dois-je en vouloir à ces fonctionanires qui ne cessent de me répéter qu’ils ne font qu’appliquer les instructions.
Je vous prie donc monsieur le directeur général du CCM de mettre un terme à ces instructions dévastatrices, et à cette bureaucratisation que je viens de vivre du côté du fonds d’aide. C’est une fatale et nuisible bureaucratisation des esprits, qui, si elle s’installe dans les mœurs, telle que je l’ai vécue et subie, va sûrement, et dans les plus brefs délais, tuer la création cinématographique marocaine définitivement, et dégouter définitivement les rares créateurs-cinéastes de notre pays, de continuer à rêver de faire de la création cinématographique. Car si le syndrome de la Cour des Comptes continue de hanter les responsables du fonds d’aide, il faut s’attendre à voir les voraces prestataires de service et leurs frères, les gloutons escrocs, s’emparer définitivement de la production cinématographique.
Quelle horreur et quelle grande tristesse pour notre pays.
Avec mes salutations distinguées.
Rabat, le 30 juin 2010
Signé : Nabyl Lahlou

dimanche 4 juillet 2010

El cine de Nabyl L

Unas películas rayadas de Nabyl Lahlou, más de diez, porque en Rabat le compré de él a alguien en la Medina (que parecia medio sueco, medio japonés, con un je ne sais quoi muy de Marruecos) unos artesanales cofres de cuero con su obra completa, y que veo a tropecones con mi vida cotidiana, me han dado acceso a un universo paralelo de la Historia del Cine.

Puro celuloide a través de las interrupciones de cada visionaje.

Quien conozca los planos y los encuadres, el uso de los exteriores y de los interiores, el arte barroco y el neorrealismo, puede reconocer la autenticidad y el valor de la trama de influencias en el cine de Lahlou. La bachiana de Hector Villalobos que Glauber Rocha utiliza en una escena de amor en la cima de una montaña entre el cangaçeiro y su novia, en un travelling circular que acompaña el canto de la soprano y que pertenece al lirismo tan frecuente del cine soviético, la encontramos sonando con la misma intensidad en una escena que muestra, sin nombrar, la resistencia armada de los rifeños al bombardeo y ametrallamiento de su población por los helicópteros y las tropas de Hassan II. La pelicula se llama Les années de l`éxil, y es mi entrada en la obra de Nabyl Lahlou. Reconocí inmediatamente el Cinema Novo, el Godard de los primeros setenta (Tout va bien), pero también los colores abigarrados (Senso) de Luchino Visconti.

Hay un deseo quizás inoportuno de seguir a Federico Fellini, pero que está fuera de cuestión tomar en cuenta, porque sólo transcurre en la superficie.

El arte de Nabyl Lahlou se encarna por la sola realidad de lo que de modo escénico y teátrico (*) nos muestra acerca de lo nunca dicho de Marruecos.

El segundo secreto inimitable del cine de Nabyl Lahlou es su función de protagonista y de histrión. Uno puede imaginarse la dignidad del viejo histrión emperador que de alguna manera murió con Nerón. En literatura del siglo XVIII y salvando diferencias de caracteres, uno puede pensar en la ignorada autoficción de un semilibertino como Restif de la Bretonne(**) que no puede desprenderse del actor despotico que nos conduce lejos de donde estamos, como un djinn de Las mil y una noches (***) obedeciéndonos como si fuésemos sus inexpertos amos. Y siempre hace de malo, de un malo de cine mudo, que habla al inconsciente o al corazon.

*(como hubiera dicho Pierre Klossowski, del que hay bellas adaptaciones al cine por Raoul Ruiz y Pierre Zucca, amigos suyos)

**(lo escribo con la ortografía que da Nerval en Los iluminados)

***(me vienen las de Pasolini)

samedi 3 juillet 2010

El Don Giovanni de Carlos Saura

*


Casanova responde desde su tiempo a las acusaciones contra Don Juan (de Tassis) lanzadas por la ideología psicológica del siglo XX, y en nombre justamente de él, de Casanova, presentado como un pacificador de la seducción por gente que no lo ha leído y que nos hablan de la capacidad de Casanova para contentar a las mujeres y que no tienen ni el menor recuerdo del Casanova violador, siempre vanidoso, que sobrevive por cobardía al heroísmo de Don Juan. Todo esto forma parte del tejido del Don Giovanni de Carlos Saura, cuya intriga gira en torno a la escritura del libreto por Lorenzo Da Ponte, un joven abate marrano (es decir judío converso que trata de conservar en secreto su antigua religión, y que en el caso de Da Ponte, como en el caso del español de hoy día o de los dos siglos pasados, debe recurrir a la ayuda para superar el olvido que le supone la fraternidad masónica).

La después de todo inocente película de Carlos Saura es un canto a la transgresión, y a la transgresión final que es la obra de arte, canto que los críticos de revistas de cine francesas (pienso sobre todo en la bochornosamente boboísta oldie "Télérama") han tratado como a una piltrafa.

Así Saura ha de nuevo sufrido el tácito boycott que hace que yo sólo haya podido verlo en una sala de arte y ensayo, y que sea para mi imposible encontrar en dvd títulos que son míticos para mí como Peppermint frappé de la que sólo conozco la crítica, entonces elogiosa que le hacía la revista marxista de cine a la que estaba suscrito mi padre "Nuestro Cine".

Me temo que salvo cuando hace sus musicales "alimenticios" (como hubiera dicho Buñuel), en España el destino de Carlos Saura es similar, si no peor. Con un Almodóvar que es la Pasionaria y la mantis religiosa de la lucha contra los enemigos del PSOE y de los constructos culturales Babelia, Raquel de la Concha, etc., qué opción le quedaba a Carlos Saura, ya que el panorama francés se había tragado la dulce píldora española, sino rodar su película en italiano. Ahora, en las enciclopedias de dentro de dos siglos - antes no - estará en el mismo capítulo (Cine italiano) que Pasolini o cualquiera de los verdaderamente abundantes genios del neorrealismo (más los Taviani, que se sienten cerca cuando uno ve este Don Giovanni).


vendredi 2 juillet 2010

Los caretos de la Thyssen (Abelardo Muñoz)

Ciudad canalla25junio10

Por Abelardo Muñoz

Los caretos de la Thyssen

En el museo Thyssen de Madrid hay un cuadro de Bacon que es una pasada. Se trata del “Retrato de George Dyer en un espejo, 1968”. Es un tío trajeado y que se mira en un insólito doble y lo que ve es su cara partida. La disposición del personaje, en óleo marrón, es dinámica, es decir, que parece que el nota se está escurriendo a sí mismo, presa del pánico.

Quedé yerto ante él. Me recordó en el acto un espléndido verso de Don Luís de Góngora que reza así: “Arrojar la cara importa que el espejo no hay porqué”, frase extraordinaria y críptica que jamás he entendido pero que la he puesto como divisa de la bipolaridad a la que nos somete esta sociedad caótica y violenta que es la pesadilla nuestra.

De hecho, Amparo, la moza de mi botica, soltó el otro día “¿No ves a la gente un poco desquiciada?”; no supe que contestarle pues pensé que el primer desquiciado soy yo. Por eso, ese desquicie del cuadro del gran Francis Bacon me atrajo como un imán, de modo que allí quedé mirándolo hasta que uno de los tropecientos guardias que hay en el museo me conminó a abandonar el local pues, dijo con sarcasmo, ya está usted, caballero, borracho de arte.

No sé si sabréis, queridos y desocupados lectores, que los periodistas no pagamos en los museos europeos, maravillosa medida llena de sentido común. Así que la ocasión la pintaban calva y boté como una pelota del Prado al Thyssen y viceversa. En una de las pinacotecas más importantes de Europa (con el Louvre y el Ermitage de San Pêtersburgo como compañeras de gloria) fui escopeteado al cuarto oscuro de Goya y a “El Jardín de las Delicias” de El Bosco, cuadro de cuadros que, como sabéis, es más que una pintura, es un tratado sociológico de la Edad Media.

Pero resulta que en el bonito y diáfano museo de esa baronesa tan simpática, está nada menos que “El edén” del gran Brueghel El Viejo y dos Hopper de categoría. Llama la atención de este museo tan graciosa y costosamente donado a Madrid, el primer piso que es como un panteón de caretos de personajes de la aristocracia medieval. Agobiado por tanto pavo siniestro que mira desde la oscuridad de Europa, uno recupera el resuello en la planta baja, donde puede disfrutar desde el susodicho Bacon hasta un Picasso o Matisse. Una colección sorprendente y de muy buen gusto.

Tengo para mí que las obras del primer piso las eligió el barón, ya reunido con sus antepasados de la oligarquía europea de todos los tiempos, y las de abajo son del gusto de la guapísima baronesa roja, Carmen Cervera. Estoy convencido que esa beata de Esperanza Aguirre no la puede ni ver ni en pintura. Pero la Thyssen es la única aristócrata que me mola de entre toda esa ralea europea que ya deberíamos haber puesto en un barco y enviado a las Américas, que allí aun están tan colgados que piensan que nuestra Europa está llena de Sissís.

No, amigos, esta es tierra de artistas alucinantes y alucinados como Francis Bacon y Brueghel El Viejo. Gracias a ellos, pude recuperar esa mañana en Madrid, la cara y el espejo.

nos traspasa ABELARDO MUÑOZ (1)

VOY A DEDICAR UNA RUBRICA DEL BLOG AL ESCRITOR UNDERGROUND ABELARDO MUÑOZ

Propondré algo parecido a su doble en el underground francés Merejkowsky. Y seguiré haciendo reseñas, a las que no me conduce la vocación sino la devoción.

Reproduzco, pues, un primer texto, no literario sino documental, para abrir lo que podría llamarse un trans-blog de Abelardo Muñoz en el mío.

Manuel, de acuerdo. Tú mismo. Adelante con la web. Será un honor juntar mis humildes textos con tu genial desfachatez plástica. (*) Ahora ya me he aprendido toda la distancia que me separa de mí, y estoy preparado. Tu criterio es tan abismal como el mío, ¡qué digo! Mucho más. Yo, por supuesto, dibujo pero nada comparable a pintar echando los trastos viejos por la ventana. Por cierto, quedé frito al ver lo jodido que debía estar Goya en la edad provecta para decorarse la casa con la tinta china de sus cardúmenes humanos.

(*) En realidad tengo para mí que eres el único pintor que conozco que ha entrado de verdad en el infierno del cuadro de anticipación Las señoritas de Avignon y por supuesto quien sigue pegándole al martillo pilón de la extrañeza y absurdo humanos que ya templaron Matisse y El Greco, entre otros.
¡POR LA SAGRADA MEMORIA DE ANTONIN ARTAUD!
Salud rostro pálido de corazón sangrante
Tuyo
Abe
PS. Ponme, ¡por todos los Dioses!, a los pies de tu compañera Eve.