vendredi 12 juin 2009

semée de miettes

...

Drogue est tout poison désiré.

Tout poison désiré, desservant le suicide, serait une arme, à cette différence près que là, l'on tue de plaisir.

Il y a pas de droit à l'excès, sauf dans les sociétés monarchiques. Le soldat monarchique se camoufle dans la foule.

Je veux bien faire pénitence de ma coquetterie. C'est le meilleur côté qu'elle a.

Les idées des romanciers sont beaucoup plus simples que celles de leurs traducteurs.

Le jaune est une couleur germanique. Elle est la couleur blonde. D'invraisemblable origine égyptienne.

L'espionnage artistique est le plus trépidant dans ma peinture.

Fumer Golden Virginia et ne pas savoir ce que cela signifie, voilà mon erreur. Je viens de l'apprendre.

Qu'est-ce qui est préférable, passer pour un buveur de bière ou pour un consommateur de Red-Bull ? En fait ce qui est préférable est de manger du fondant au chocolat chaud chez Monsieur Depardieu.

Je vais vous apprendre, soufflé de chocolat moussant à la liqueur du jour.

Toute ma bibliothèque s'était mise à discuter d'un livre avec l'autre plus loin des questions les plus disparates, je dus demander silence plusieurs fois et finalement j'ai du faire mon lit au milieu de leur foire.

La partie la plus dure du métier de peintre est de mesurer les conséquences de chaque coup de pinceau. C'est un duel avec le roi, l'on ne doit pas tuer le tableau.

Seul un régicide peut peindre comme Jacques Louis David. Il ne suffit pas d'envoyer le roi en exil.

Je vois sortir le pire de moi, pleuvoir tel un toxique sur la société, et telle est mon ivresse que je me mets à rire.

Voie royale, il m'est arrivé d'écrire des aphorismes comme on rêve.

Ne parlez pas du souffle au typographe.

Première : Girolles de Sologne, l'avant-saison, bien avant la dialectique.

Bonheur, malheur, vulgarité, le cycle de la littérature.

8 commentaires:

NLR a dit…

Tiens, je pensais que le jaune c'était l'Asie. Tout est jaune là-bas, non ? La mer, les fleuves, les nems, tout.

Faustroll a dit…

ma bile aussi..
joli lot de mots: "semée de miettes" ^^

Manuel Montero a dit…

Nico, je parlais de l'usage du jaune ici/ notons que les couleurs chinois seraient plutôt le vert du jade et le rouge de la laque.

Faustroll, que dire du lot de syllabes qui composent Faust avec troll ? Je penserai à votre bile (avec tout mon respect) quand je me servirai de ce jaune (notez qu'il peut être douteusement égyptien). Autrement vous avez un blog sympathique que je rejoindrais d'autres fois, si je peux.

Faustroll a dit…

en réalité j'ai été séduit par le docteur d'Alfred Jarry..
je vais essayer de ne pas le trahir ou d'être un jaune..^^

Manuel Montero a dit…

Alfred Jarry, j'ai toujours été sur le point de le lire (mon père avait Ubu Roi parmi ses livres) et l'ai jamais accompli. De même pour Isidore Ducasse.

Manuel Montero a dit…

A propos de ne pas trahir, de même qu'on dit traduttore tradittore, on peut dire que le fait de peindre est parsemé de trahisons (de là que je parle plus haut d'espionnage). Utiliser telle ou telle couleur déconseillée, racourcir, mettre en abyme...

Faustroll a dit…

Vous dites:
"La partie la plus dure du métier de peintre est de mesurer les conséquences de chaque coup de pinceau. C'est un duel avec le roi, l'on ne doit pas tuer le tableau."

et Gilles Deleuze dans L'Anti-Oedipe dit:
"L'intérêt peut être trompé, méconnu ou trahi, mais pas le désir"

ce tableau là, n'est-ce pas votre désir projeté?

Manuel Montero a dit…

Dans ce sens, en effet, c'est comme si je m'étais permis de tuer le roi. Je ne sais pas si je réponds à votre question. Je pense que chez Lyotard a été travaillée l'idée de rébus (mais je l'ai peu lu) à mettre en rapport (?) avec les machines désirantes de Deleuze. Ne vous fâchez pas avec moi si je tarde à répondre.