vendredi 28 novembre 2014

La Mort amoureuse

Tout ce que je pense, tourné vers le fulgurant passé

tout ce que je pense ce de vider une bouteille de jus


qui je suis et qui je fus. Elle m'a répondu.


Elle est la Mort, elle descend un escalier gravement,

avec la pompe d'une dame royale, avec charme.

Viens au jardin ma belle, je t'ai tant attendu.


Les pensées du passé furent tes seins, ta vulve

la folie du couple, la folie d'un tel écrivain que tu lisais.

Me voici à toi consacré, je note tout, j'enregistre à tes pieds.


Du flamenco et de la magie juive, de la musique cadence et tulles.

Combien d'ancêtres et d'esprits de la brousse, anciens,

tu n'avais pour baiser tes chaussures la main à fleur du haut talon.


La Mort amoureuse

au Bordel

aux fulgurances du Musée

des hauts et des bas
je suis en sevrage de codeine et je fume

ok bon courage a toi ......
prends du magnesium .....
yess



La Mort amoureuse

ne pense à ce qui vient après.



Les chiens de l'autre monde

pas chercher de bagarre, et de l'alcool pour tous

toi, garçon qui tiennes la barque, si j'étais femme

laisse tomber fume un dernier cigare je te quitte elle m'appelle

2 commentaires:

Jehoël de la Croix Jugan a dit…

La Nuit, une maîtresse fidèle, qui nous attend sans reproche.

Manuel Montero a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.